« Art x smart », les subtils détournements de Kim Dong-Kyu

Les Finlandais, qui, contrairement à une idée reçue, ne manquent pas d’humour, définissent ainsi leur concitoyen-type : « c’est un homme qui boit une bière seul dans un café et communique par texto avec un ami qui boit une bière seul dans le café voisin ». Derrière l’autodérision – sur un phénomène qui pourrait s’appliquer à bien d’autres cultures -, se profile l’influence considérable que jouent les nouvelles technologies (smartphones, tablettes, GPS, etc.) dans notre vie quotidienne.

C’est sur cette tendance que s’est interrogé un artiste Coréen, Kim Dong-Kyu, dans une série intitulée « art x smart ».  Avec un humour décalé, le graphiste s’est attaché à détourner des œuvres célèbres en y incluant ces objets, sans conteste utiles, mais dont nous semblons dépendre de plus en plus. On pourra découvrir ses étonnantes réalisations en suivant ce lien.

Si quelques rares créations, à l’image de la Vénus de Cabanel (1863) ou surtout la Chambre de Van Gogh à Arles (1888) peinent à convaincre car, dans ce dernier exemple, l’ajout d’une bicyclette rend l’œuvre artificielle, la plupart se révèlent très réussies, comme Le Voyageur contemplant une mer de nuages de Caspar David Friedrich (vers 1820) , Les Joueurs de cartes de Cézanne (1894-1895), Le Cri de Munch (1893) ou la Chambre d’hôtel d’Edward Hopper (1931).

D’autres tableaux, de Manet, Picasso, Chagall, Vermeer, Vélasquez ou Caillebotte ont aussi servi de support à cette facétie plus sérieuse qu’il n’y paraît. Car, il faut bien l’admettre, le spectateur contemporain qui s’arrêtera un instant devant le détournement de la toile de Georges Seurat Un Dimanche après-midi à l’île de la Grande Jatte (1884-1886) ne sera dépaysé que par les vêtements des personnages représentés, non par la scène elle-même, représentant des hommes et des femmes se reposant ou se promenant au bord de l’eau tout en consultant leurs écrans, qui lui semblera familière. Voilà qui, sans pour autant nous inviter au rejet illusoire de ces objets technologiques, peut nous inciter à poser sur eux un autre regard.

Illustrations : Kim Dong-Kyu, Le Voyageur contemplant une mer de nuages de Caspar David Friedrich – Un Dimanche après-midi à l’île de la Grande Jatte de Georges Seurat – Images © Kim Dong-Kyu.

Une réflexion au sujet de « « Art x smart », les subtils détournements de Kim Dong-Kyu »

  1. c’est surtout très mauvais.

    retraiter le smart phone « à la manière de » pour l’intégrer c’est le minimum.
    et c’est là que ça devient rigolo 🙂
    et intelligent..

    bref ici un cancre avec une souris qui n’a rien compris à rien,
    et surtout pas la peinture.
    du coup le message tombe à plat, puisqu’il est la première victime
    de ses outils modernes.
    il s’est lui même fait mangé le cerveau par sa petite souris.

    bien sûr si le mec à 7ans et demi c’est prometteur mais là..
    et ça fait de la com avec une idée bancale..
    ouvrez les yeux!
    la cerise c’est le vélo dans la chambre d’Arles…

    mais ça ne trompe personne 🙂
    juste quelques geek entre deux call of truc pour qui un soupçon de culture devient « légend! »
    clap clap clap.

    un peintre 4.00

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s