Le Maire français de Tasmanie

 Difficile de trouver terre située plus aux antipodes de la nôtre que la Tasmanie, une terre trop peu connue en France, sinon pour son célèbre diable dont le nom rappelle souvent moins au grand public le petit marsupial glouton qui y vit que le héros de dessin animé qui en est librement inspiré. Plus difficile encore est d’imaginer que, depuis 2007, le maire du groupement de communes de Glamorgan-Spring Bay, qui s’étend sur une distance de 160 km le long de la côte Est de l’île, est un Français natif de Soisson.

Et quel Français, d’ailleurs, que Bertrand Cadart ! De loin, avec ses impressionnantes moustaches et ses larges favoris, ce sexagénaire ferait volontiers penser à l’empereur Guillaume 1er, mais cette impression s’estompe rapidement. Rien, chez lui, ne rappelle en effet le sévère souverain prussien ; jovial, truculent, joyeusement extraverti, il semble plutôt tout droit sortir d’un roman de Rabelais, auteur avec lequel il partage visiblement l’amour de la bonne chère.

A peine avait-il posé ses valises en Australie, il y a 30 ans, que le cinéaste Georges Miller fit appel à lui pour réaliser les motos assez délirantes de son film Mad Max, lequel devint le succès planétaire que l’on sait. En prime, Bertrand Cadart décrocha, aux côtés de Mel Gibson,  le rôle de Clunk, un motard déjanté – une aubaine pour ce passionné de mécanique. C’est toujours en moto (un trike personnalisé, naturellement) ou au volant de sa Pontiac dont il vante la musique du moteur V8, qu’il parcourt aujourd’hui la région qu’il administre. Rien n’est plus curieux que de voir ce maire, arborant une veste rouge, ou bien un large nœud papillon bariolé sur une chemise d’un jaune intense, présider un conseil municipal ou aller à la rencontre de ses concitoyens.

Conscient que son image un peu excentrique, voire burlesque, participe à sa popularité, il en joue pleinement, ce qui lui vaut un certain succès dans la presse australienne. Sa démarche ne s’inscrit pas dans le narcissisme, mais dans le pragmatisme : en devenant lui-même une vitrine de sa région, il assure à peu de frais, et non sans succès, la promotion du tourisme, la principale ressource du pays, avec la pêche.

 Quoique naturalisé australien, Bertrand Cadart reste profondément attaché à ses racines hexagonales ; à sa manière, il contribue efficacement à la promotion de la francophonie dans cette parcelle insulaire du bout du monde, entièrement anglophone. Du rallye organisé pour les propriétaires de voitures françaises aux tournois de pétanque, du drapeau tricolore présent dans son bureau à l’encouragement d’une chorale où il relève le beau défi d’enseigner pour Noël Il est né le divin enfant dans le texte à de charmantes dames tasmaniennes qui ne dépareraient pas dans le salon de Miss Marple, la célèbre héroïne d’Agatha Christie, il se dépense sans compter. Et, ce, sans jamais avoir renoncé à son accent français qui, comme chacun sait, exerce un pouvoir de séduction irrésistible dans le monde anglo-saxon. Naturellement, Bertrand Cadart ne néglige pas la gastronomie : s’il ne me convainc pas encore en vantant le « camembert australien », ses visites aux vignerons locaux, dont l’un d’eux élève selon la tradition bourguignonne (dans des fûts de chêne importés de France) un pinot noir et un chardonnay, attestent un goût certain pour les vins de qualité.

Peu de Français, sans doute, s’étaient aventurés sur cette côte, depuis le séjour qu’y fit en 1802 le navigateur Nicolas Baudin, envoyé par Bonaparte dans le cadre d’une mission d’exploration des terres australes. De son voyage scientifique, restent quelques souvenirs, dans la région de Glamorgan-Spring Bay, qui ont pour nom péninsule Freycinet, cap Tourville ou Ile aux phoques, en français dans le texte.

 Un documentaire a été consacré à Bertrand Cadart, qui sera diffusé jeudi 15 octobre sur la chaîne de télévision RFO à 20h35, dans le cadre du magazine Archipels. Ce film ne connaîtra peut-être pas un succès comparable à celui de Mad Max, mais la singularité de son thème et les qualités humaines de son héros justifient de le regarder. Ce maire hors du commun sera en outre l’un des invités du Forum de la Francophonie pour l’Océanie et l’Asie qui se tiendra à Nouméa du 18 au 24 octobre prochain ; son intervention, « des mots pour des mets », sera consacrée aux écrivains qui, depuis trois siècles, on traité, dans leurs œuvres, de gastronomie. Balzac, Dumas, Théophile Gautier, Flaubert et quelques autres figureront sans doute au menu de ce bon vivant.

Illustrations : carte de l’Australie (en rouge, la Tasmanie) – Bertrand Cadart avec la députée Heather Butler – Le Diable de Tasmanie. 

68 réflexions au sujet de « Le Maire français de Tasmanie »

  1. Bonjour Monsieur le Maire Bertrand CADART,
    Je suis âgée de 53 ans et l’Australie est un pays qui m’a toujours fait rêvé. Rêve qui m’a été transmis ou communiqué par mon père aujourd’hui décédé, mais qui avait déjà réalisé sont souhait qui était de venir vivre en France. L’Australie était pour lui à l’époque un rêve qu’il n’a jamais pu réalisé car n’ayant pas les moyens financiers à l’époque et père de 4 enfants la France était pour lui beaucoup plus accessible. Pour ma part partir là bas est un rêve qui me hante et que je voudrais concrétiser. Je laisserais bien tout tombé pour vivre dans votre si beau pays….! Quels conseils pourriez vous me donner car je n’ai aucun contact là bas pour m’aider à m’installer et à trouver du travail. Je ne sais pas si vous aurez la possibilité de lire mon message, mais je souhaiterais vivement que vous puissiez répondre. Le reportage sur votre région et sur votre personnalité m’ont fait beaucoup de bien . Très cordialement.

    J'aime

  2. j’ai vu votre reportage, je vois que je ne suis pas la seule a vouloir émigrée dans votre bel environnement , mais je crois qu’il faut avoir les moyens financiers pour y accéder
    je ne suis qu’une bonne Française ch’ti

    J'aime

  3. Bonjour je suis interresée pour me rendre en tasmanie venant de caledonie nous sommes 6 pour les fetes de noel au réveillon
    merci de me donner les bons tuyaux ainsi que les bons plans financièrement cordialement

    J'aime

  4. G’Day mate…
    Bonjour…
    J’aimerais partager avec vous quelques souvenirs de ma vie en Tasmanie.
    Ayant épousé une fille de Hobart en 1976, nous sommes revenus de la Rhodésie et atterri à Launceston en mars 1977..
    après 2 ans on a « émigré » au QLD et ensuite en NSW
    revenus en 87 à Hobart nous avons quitté la Tasmanie en mars 90
    Evidement j’ai des bons et mauvais souvenirs mais ayant appris à laisser les mauvais derrière moi..
    Bicheno..j’ai quelques photos d’un endroit pas loin des chalets de vacances sur la côte à l’endroit connus des collecteurs d’Abalone.. et des requins blancs…
    Mon Dieu quand j’y pense.. ca me fiche le bourdon…
    j’espère que votre collestérol vous fiche ma paix…
    en 89.. j’ai fait une crise cardiaque et l’ambulance m’a amené à la clinique à l’hôpital en urgence..
    J’ai été avant de partir le General Manger d’une compagnie qui fabriquait du ski nautique une des 2 fabrique dans le monde.. mais peut-être n’existe plus aujourd’hui..
    Ma belle-famille est de Bellerive à Hobart.
    Je suis divorcé depuis 1994..!
    J’aimerais bien parler de nos expériences autrement que sur ce site
    voilà mon adresse mail; jackydebaix@gmail.com
    A mon arrivée, mon patron m’a conduit au Main Road Dept pour avoir mon permis de conduire Tasmanien et suite à une erreur « volontaire » du responsable on m’a appelé John toute ma vie (14 ans) dans ce pays du bout du monde… prénom anglais qui n’avait rien à voir avec le french one… Jacques..
    Je vous souhaite une bonne journée
    PS quand je vous regarde déguster un lobster>…. hummm que c’était bon…
    mon beauf m’en ramenait toujours du frais quand il allait à la pêche…
    Jacques Debaix
    5100 Jambes
    Belgique

    J'aime

  5. Bonjour Mr le Maire Bertrand Cadart,
    Je viens de voir un reportage sur France Ô concernant votre région et particulièrement BICHNO, ça vaut le détour…
    Amoureux de la nature, j’adore votre simplicité et bonhomie.
    Je ne suis pas une personne qui s’exprime par le biais du net, mais là je vous adresse
    toutes mes félicitations.
    jpraison@gmail.com

    J'aime

  6. Bonjour Mr Cadart Jean Pierre je viens de voir le reportage à la télé et je suis enthousiasmé de Bicheno et de ses alentours.
    Nous sommes à la retraite ,et nous voudrions aller vous voir ,
    Pourriez nous donner quelques conseils ,les prix par rapport à l euros ,l hébergement, le temps
    Merci Colette

    J'aime

  7. bonjour Mr le Maire; je ne connaissais pas ce petit pays francophone que m’a fait apprécier <>ce jour 15/09/2015 à 15H.
    On ne peut que rester dans un lieu où l’on se sent bien avec un bon environnement.
    L’armée ne m’a poussé qu’à 17Km de chez moi en passant par DIJON 21 pour contrôle médical.Elle préférait que je reste un bon bourguignon
    La vie pour certains est toute traçée avec un facteur chance qui nous suit.
    Si vous avez l’intention de revenir en France,il y’aura bientôt une place comme président seulement fini la tranquilité.
    Max

    J'aime

  8. Bonjour Monsieur,
    Je ne vais être guère originale,quand je lis les autres commentaires, en vous disant que je suis enthousiasmée par le reportage que j’ai vu cette après midi à la tv sur la Tasmanie, Moi qui aime les grands espaces, la nature, les animaux, la mer…que je n’ai qu’une envie, c’est d’aller visiter votre île, vivant à l’île de la Réunion une grande partie de l’année les quelques mois restant sur une péniche logement en métropole.
    Je constate que beaucoup de monde vous demande une réponse personnelle et vos coordonnées, On ne peut plus être tranquille nulle part avec internet (lol) !
    J’aimerais aussi discuter avec vous, si vous avez le temps: fanoudelodela@gmail.com, Ce samedi soir, depuis le fond de mon bateau en bourgogne, je vous souhaite une bonne soirée.
    bien cordialement – « fanoudelodela »

    J'aime

  9. Bonjour Monsieur ,je suis la fille de Francois Plaza et la maman de Victor (vous lui avait prété votre voiture l’an dernier).Je suis très inquiète je n’ai pas de nouvelle de lui depuis qu’il est retourné a Bicheno.Svp,pourriez vous me donner le numéro de téléphone de papa ou les prévenir de mon inqiètude.Je vous en remerçie d’avance

    J'aime

  10. Bonjour, en ce week-end douloureux en France suite au VENDRDI 13 meurtrier, je souhaite enfin vous adresser ce mail! Je vous remercie par avance de le lire. J’ avais regardé votre reportage en ce we du 3/4 Novembre 2012, puisque nous avons le même âge. Bravo pour votre poste de Maire de Bicheno. Pour ma part , je rêve depuis toujours de l’ Australie et de la Tasmanie. Pouvez-vous m’ aider à le réaliser
    et me donner les modalités pour y arriver. ? Vous en remerciant du fond du cœur.
    Cordialement/ Bonjour à votre épouse par ailleurs. Ce message est sincère!

    J'aime

  11. Me le maire
    J’ai vu un reportage sur le diable de Tasmanie, un scientifique s’occuper des diable ,le scientifique avait un bonnet Marin à l’effigie du diable de Tasmanie,comment pourais-je le procurer,merci de me rendre (je suis marseillais et je travaillais au affaires maritimes)

    J'aime

  12. Bonjour Mr Le Maire

    j’aimerai venir visiter votre pays avec ma grande famille
    Peut on s’installer chez vous ? trouver des logements
    Nous sommes Français et envisageons de quitter la France hélas ça devient très difficile .Je suis moi même retraitée ,veuve et j’ai une grande famille des enfants et petits enfants de tous ages
    Merci de me répondre je pense venir voir votre pays dans quelques mois
    Pouvez vous me donner des renseignements svp
    Recevez mes salutations
    Madame Tixier Gabrielle

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s