De l’insulte en politique

 « Ignoble », « Minable » à l’encontre de François Bayrou, réponse sous forme d’allusion à peine voilée à des pratiques pédophiles prenant pour référence Le Grand Bazar, livre publié par Daniel Cohn-Bendit dans lequel l’auteur évoquait (des pages 198 à 209) la sexualité enfantine, le débat entre le président du MoDem et le responsable d’Europe-Ecologie volait à hauteur de latrines, hier soir, chez Arlette Chabot.

L’insulte en politique, une pratique que l’on aurait pu croire (naïvement) presque tombée en désuétude – du moins en public –, ne date cependant pas d’hier. Les parlementaires de la IIIe République pratiquaient cet « art » au quotidien jusque dans l’hémicycle où les huissiers avaient parfois beaucoup de mal à séparer les députés qui en venaient aux mains. Parmi les plus féroces, Clémenceau se distinguait par la cruauté de ses mots. Un livre de Guy Breton, Tout l’humour de Clémenceau (Grancher, 179 pages, probablement épuisé) en recense certains, qui montrent que le Tigre avait le coup de griffe facile. Evoquant Emile Loubet et son épouse, il disait notamment : « Ce couple de petits bourgeois incultes et sans éducation installés à l’Elysée, quelle pitié ! » En guise d’oraison funèbre, Jaurès n’était guère mieux traité : « Voilà ce que c’était, Jaurès… Un dangereux imbécile. Je le répète, son assassinat fut une chance pour la France. » S’il qualifiait Edouard Herriot de « Bouse de vache » et Gambetta de « Barbe à poux », au-delà de la pure insulte, Clémenceau savait aussi manier le mot d’esprit, comme cette phrase célèbre l’atteste : « Poincaré sait tout mais ne comprend rien et Briand ne sait rien mais comprend tout. »

Si l’ouvrage que je viens d’indiquer n’offre qu’une portée anecdotique, un autre, beaucoup plus sérieux, vaut d’être cité : L’Insulte en politique : Europe et Amérique latine du XIXe siècle à nos jours (Editions de l’Université de Dijon, 291 pages, 20,90 €), qui regroupe les travaux pluridisciplinaires (histoire, droit, science politique) d’universitaires réunis sous la direction de Thomas Bouchet, Matthew Leggett, Geneviève Verdo et Jean Vigreux. Il résulte de leurs recherches que l’insulte s’arrime le plus souvent à un contexte temporel donné. Ainsi, à la fin du XVIIIe et durant le XIXe siècle, la thématique scatologique, déjà présente dans la littérature érotique clandestine du temps, se hissait aux premiers rangs des insultes utilisées. Plus tard, Jules Moch, qui réprima les grèves des mineurs fut traité de « nazi » et de « boche » par le Parti communiste ; nous étions en 1948, les souvenirs de la seconde guerre mondiale restaient encore très présents. Nul doute qu’aujourd’hui, l’allusion à la pédophilie s’appuie sur l’air du temps.

Pour autant, les personnalités politiques qui profèrent des insultes s’en sortent  généralement assez bien. Le plus souvent, elles souffrent d’un déficit d’image d’une durée plus ou moins longue (dans notre société de l’information, le public a la mémoire courte) et, sous la pression médiatique, présentent des excuses publiques. Tel fut le cas de Patrick Devedjian qui avait qualifié de « salope » l’ancienne parlementaire du MoDem, Anne-Marie Camparini. Dans le passé, on réglait l’affaire par un duel ; aujourd’hui, rares sont les procès. Et c’est là un sujet d’actualité qu’il convient de souligner. Car l’absence de répression, en matière d’insulte, ne semble bien concerner que les politiques entre eux. L’individu lambda, lui, doit de plus en plus répondre de ses propos, un phénomène très récent qui donne la désagréable impression d’une dérive et de l’apparition d’une inégalité des citoyens devant la loi, notion en totale contradiction avec les valeurs majeures de la République.

Ainsi en est-il de ce professeur de philosophie contre lequel le Parquet a requis 100 € d’amende pour avoir simplement crié « Sarkozy, je te vois » en réaction à un contrôle d’identité dont il avait été le témoin. L’insulte n’étant guère constituée, l’Accusation a dû s’appuyer (au prix d’une acrobatie qui force l’admiration) sur une qualification de « tapage diurne », un argument bien mince lorsqu’on sait que la scène se déroulait à une heure de pointe, dans un hall de gare !

Un exemple plus récent encore frise le ridicule : c’est celui de Dominique Broueilh, une mère de famille de 49 ans habitant Saint-Paul-lès-Dax, qui se trouve convoquée par la Brigade de répression de la délinquance contre la personne pour avoir noté « Hou, la menteuse ! » en commentaire d’une vidéo concernant Nadine Morano, diffusée sur le site Dailymotion. Cette convocation est la conséquence d’une plainte déposée par la ministre de la Famille pour « injure publique envers un membre du ministère », un cas rarissime, sinon une première, mais un cas significatif à bien des égards. Car, suite à la plainte, injonction fut donnée au site de livrer l’adresse I.P. de l’internaute (et d’autres ayant tenu des propos d’une nature réellement insultante) qui put ainsi être identifiée. Interrogée par la presse, l’avocat de Nadine Morano s’est empressé de reconnaître :

« J’ai fait des captures d’écrans avec les insultes, je les ai transmises au parquet. Je ne suis pas responsable de l’enquête et de la démarche des policiers. Peut-être que l’internaute qui a écrit ʺHou la menteuseʺ était plus facile à identifier que les autres… C’est regrettable et si un policier fait du zèle, je n’y peux rien. »

Ce n’est pas la première fois que les politiques se réfugient derrière le « zèle de la police » pour tenter de minimiser une affaire de la sorte. Quant à l’internaute « plus facile à identifier que les autres », l’argument augure, s’il en était besoin, des méthodes qui seront employées dans le cadre de la loi Hadopi, et les dommages collatéraux qui en résulteront, mais ceci est une autre affaire.

 Voir un individu inquiété pour un commentaire qui reprenait une chanson enfantine (de Dorothée), voilà qui est… inquiétant pour la liberté d’expression, même si le commentaire se voulait ironique. En viendrait-on, au pays de Voltaire, à vouloir réprimer l’ironie ? Ce serait fort risqué. J’ai, je crois, déjà cité ce mot de Guitry : « Redouter l’ironie, c’est craindre la raison… »

Les personnalités publiques qui en viendraient à craindre l’ironie seraient bien inspirées de changer de métier, car l’histoire, depuis l’héritage grec ancien, montre que cette forme de critique fut toujours de mise, même à l’encontre des tyrans. Quant à l’insulte, qu’en dire ? Il ne peut y avoir deux poids et deux mesures : comment pourrait-on exiger des citoyens ordinaires de châtier leur langage et de réprimer leurs pensées lorsque le premier d’entre eux, qui avait certes avoué, lors de l’affaire Devedjian, « ce n’est pas une façon de parler aux femmes, ni à qui que ce soit d’autre », laisse échapper « casse-toi pauvre con » au milieu du Salon de l’Agriculture ? On imagine mal le Général avoir jamais tenu de tels propos. Autre temps, autres mœurs.

Sans doute la meilleure attitude à adopter – la plus élégante, à l’évidence – est-elle de suivre le conseil de Cervantès que j’avais relevé en conclusion d’un article de Macha Séry publié dans Le Monde du 2 juillet 2008 : « En dernier ressort : comment faire fi des insultes ? En suivant, par exemple, le conseil donné par Sancho Pança à Don Quichotte dans un passage du roman de Cervantès : ʺJe ne mettrai en façon quelconque la main à l’épée, ni contre vilain ni contre chevalier, et que je proteste ici devant Dieu que je pardonne toutes les injures qu’on m’a faites et qu’on me fera…ʺ Autrement dit, le combat s’arrête faute de combattants. Une parole de sagesse. »

4 réflexions au sujet de « De l’insulte en politique »

  1. « Menteuse » contre « Pauvre Con », un match qui dit loin sur l’arbitrage politique… et peut être aussi juridique. La Marianne finira-t-elle par s’habiller en bling bling?

    J'aime

  2. Soit dit en passant, « Sarkozy je te vois » n’est pas une insulte, tout au plus de l’irrévérence, voire de l’antisarkosysme (mais s’il faut condamner tous les antisarkosystes, hein…) alors bon, il ne reste plus que le tapage diurne…
    Brillant article, comme toujours !

    J'aime

  3. Personnellement, je trouve qu’il y aurait une façon plus enlevée
    pour régler ces différents devenus insultes :
    Le gant dans la figure, le duel dans la boue d’un champs embrumé
    un matin -après la messe cela va de soi-, deux témoins par « plaignants »,
    l’offensé laissant le choix des armes, épée ou pistolets …

    Le dernier duel qui a eu lieu en France avait opposé en 1967
    René Ribière à Gaston Defferre, ce dernier ayant insulté le député gaulliste
    d »abruti ».
    Mais « ce jugement de Dieu » ne satisfit point l’offensé, qui perdit le duel.

    Ah … C’était l’bon vieux temps !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s